SANTÉ, BEAUTÉ ET BIEN-ÊTRE

ebi-vital.ch  >  Sociéte  >  Archives de nouvelles ebi-vital  >  News-Detail

Concentration chez l’enfant

La définition psychologique de la «concentration» est le fait de porter consciemment toute son attention sur une activité bien définie. La concentration est influencée par de nombreux facteurs. Comment réussir à se concentrer le mieux possible?

Si la capacité de concentration est altérée, avec pour conséquence une augmentation de la distractibilité, on parle de troubles de la concentration. Le TDAH représente un cas extrême très réputé. Il existe pourtant un large spectre situé dans une plage tout à fait normale entre une forte inattention et une concentration totale.

La capacité de concentration chez l’enfant doit se développer petit à petit. Les parents ne souhaitent que le meilleur pour leurs enfants et réfléchissent comment les préparer au mieux au "sérieux de la vie". Il n’existe pas de recette secrète dans ce domaine; l’éducation et l’exemple donné par les parents au niveau de la motivation jouent un rôle prédominant dans ce contexte.

Après la scolarisation, si la concentration ne peut pas être établie dans certaines situations importantes (cours, examens), cela peut devenir problématique. Il est également beaucoup plus difficile de se concentrer durant les heures scolaires, lorsque la matière est quelque peu ennuyante. Et nous savons tous que rester assis des heures durant sans bouger, n’est pas le point fort de l’enfant. L’art de la concentration est donc d’être attentif malgré un manque d’intérêt.

Dans ce contexte, il est important d’offrir à l’enfant suffisamment d’activité physique et d’autres occasions (par ex. créatives et musicales) pour venir contrebalancer son quotidien scolaire, sans toutefois exercer une pression de réussite. Le surmenage et la stimulation excessive sont contre-productives.

Il faut également veiller à dormir suffisamment et à avoir une bonne qualité de sommeil (hygiène, zone sans téléphone portable).

L'alimentation est l'un des facteurs les plus importants pour influencer la concentration sur le plan physique.
Pour le développement cérébral de l'enfant, l'alimentation de la maman au cours de la grossesse et de l'allaitement joue déjà un rôle majeur. Cela a été démontré de façon impressionnante par l'exemple des acides gras oméga-3 EPA et DHA. Dans le cadre d'études menées jusqu'à l'âge de 5 ans, l'attention des enfants était améliorée si maman consommait des acides gras oméga-3 au cours de sa grossesse. Les acides gras oméga-3 comportent également des avantages pour le développement du cerveau du petit enfant jusqu'à l'adolescence. Des études menées chez des enfants (de 4 à 17 ans ayant reçu un diagnostic de TDAH) ont montré qu'un apport quotidien de 500 mg d'EPA entraîne une amélioration significative des symptômes du TDAH.
Cela vaut la peine d'être mentionné, même si le TDAH constitue un cas extrême de manque de concentration et relève d'une maladie complexe diagnostiquée par un spécialiste.  Les acides gras oméga-3, qui favorisent au moins le métabolisme cérébral, rendent de précieux services aux jeunes et aux moins jeunes, sans effets secondaires ni interactions médicamenteuses (et pas seulement pour le cerveau).
Pour plus d'informations: Ici

Manger du poisson une fois par semaine ne suffit malheureusement pas pour atteindre le niveau nécessaire en oméga-3. Il est donc recommandé de prendre un complément alimentaire au goût neutre.   

Le stress oxydatif est généralement négatif pour les processus de réflexion.
La consommation de légumes, de fruits et de baies en quantité suffisante soutient la capacité du cerveau, car ces aliments jouent le rôle de capteurs de radicaux (anti-oxydants).  
La proportion de glucides dans l'alimentation doit être adaptée aux besoins individuels, en fonction de l'activité physique. Les sucres complexes, comme ceux que l'on trouve dans les boissons énergisantes et les limonades à forte concentration, sont également préférables.

En adoptant un régime alimentaire sain, il est possible d'accomplir beaucoup de choses pour favoriser la concentration. Cependant, il est également important de noter que le petit déjeuner est l'un des repas les plus importants. Donc prévoir toujours suffisamment de temps pour manger son petit déjeuner.  
Différents macronutriments et micronutriments sont disponibles pour influencer positivement la concentration, il s’agit notamment de la phosphatidylsérine, de la lécithine, de la vitamine B12, de l’acide pantothénique, de la vitamine D3 et des extraits de thé vert.
Étant donné que le thème de la "concentration" est des plus complexes, un traitement adéquat doit être proposé et suivi par un professionnel du domaine médical. Il faut également contrôler les éventuelles carences, les problèmes de résorption pouvant exister et les surcharges en toxines.

 

 

Andrea Rytz, médical

Notre hotline me permet d’entretenir un contact direct avec notre clientèle et c’est avec plaisir que je réponds à leurs multiples questions sur nos produits et leur utilisation.